Appartenir à une confrérie est un honneur. Y entrer n’est jamais aisé et c’est avec fierté que leurs membres vantent leur appartenance à ces nobles institutions. Arborer le signe de sa confrérie est ainsi une pratique courante, et amène à une reconnaissance sociale certaine.


Au contraire, une guilde, même si elle est plus ou moins connue, oeuvrera toujours dans l’ombre, et il ne viendrait à l’idée d’aucun de ses membres de se vanter d’en faire partie. Elle est souvent un regroupement de malfaiteurs unis pour la même sombre cause ou une cellule mafieuse redoutée.