La plus puissante des confréries. Riche, présente dans toutes les sphères du pouvoir, elle a, par un habile jeu politique et un recours “raisonné” à la force et l'intimidation, réussi à obtenir de nombreux privilèges et lois qui lui sont favorables, faisant d'elle la confrérie dominante.
Cette supériorité suscite d'ailleurs de nombreuses jalousies et les autres confréries aimeraient, pour beaucoup, voir “les marchands de tapis” descendre un peu de leur piédestal. Mais ces derniers s'accrochent avec hargne à leurs privilèges, et font en sorte de pouvoir en obtenir toujours plus, déséquilibrant encore les rapports de force avec les autres confréries.